L'aversion pour la perte

04 Sep 2018 | Corporate & associe

 

L’aversion pour la perte est une attitude fréquente dans la vie quotidienne des individus. Lorsqu’une personne est soumise à l’aversion pour la perte, elle va davantage se focaliser sur le sentiment de perte et les doutes, que sur l’opportunité présentée. En effet, le rejet de la perte va entrainer l’envie d’effacer l’angoisse et les situations désagréables et c’est à ce moment que nous choisissons de perdre ; « Nos doutes sont des traîtres et c’est parce qu’ils engendrent en nous la crainte d’entreprendre qu’ils nous font perdre le bénéfice des victoires. » (William Shakespeare). En voulant éviter une expérience désagréable, notre volonté et notre puissance d’agir se réduit et nous perdons le bénéfice d’une victoire.

 

La théorie des perspectives de Kahneman

 

Daniel Kahneman a développé la théorie des perspectives en 1979 qui explique que les gens prennent des décisions selon la présentation ou la formulation des choix à effectuer.

Par exemple, on propose soit d’investir dans un projet avec lequel on a 10% de chances de perdre le capital investi soit dans un projet avec lequel on a 90% de chances de gagner 50000 euros. Le projet présenté avec la deuxième formulation est plus attrayant, seulement, les choix reviennent au même. La façon dont un projet est présenté influe sur la prise de décision.

Les individus sont davantage interpellés par les informations négatives qui apportent quelque chose de désagréable et attirent l’attention. Quand un environnement semble incertain, l’aversion pour la perte a plus de chance de s’exprimer.

 

L’incertitude et la crainte

 

La peur de perdre est bien plus forte que le plaisir de gagner. Nous réagissons deux fois plus fort à une perte potentielle qu’à un gain potentiel. Un portefeuille d’investissement qui enregistre une baisse potentielle de 100% va entrainer un mal-être deux fois plus important que le plaisir engendré par une hausse de 100%. Les menaces prennent le pas sur les opportunités, ceci étant lié à nos ancêtres qui pouvaient faire face à une perte leur coûtant la mort.  Notre cerveau donne donc automatiquement la priorité aux pertes potentielles.

L’aversion pour la perte explique pourquoi certains individus ne se lancent pas dans la création d’entreprise même s’ils avaient envie de posséder leur propre affaire et de travailler à leur compte. La peur de perdre nous empêche d’agir et de concrétiser nos envies.

Cette peur est d’autant plus prononcée en période de dépression. Les individus qui perdent leur emploi ou leur logement vont devenir plus craintifs et incertains, et vont éviter d’aggraver leur situation en prenant des risques. Ils privilégient alors des décisions moins ambitieuses et moins importantes qui ont des risques de perte plus faible.

 

Surmonter cette aversion

 

Les Casinos font de l’aversion pour la perte leur fonds de commerce. Ils encouragent les individus à jouer à des jeux où ils sont assurés de perdre de l’argent. Comment réussissent-ils ? Ils rendent la perte abstraite. La monnaie est convertie en jetons ou en cartes de débit dont la valeur est perçue comme moins élevée. Grace à cet argent virtuel, perdre ne devient pas si grave et les joueurs continuent de jouer et par conséquent de perdre de l’argent régulièrement. C’est parce qu’ils ressentent l’inversion du risque et qu’ils n’ont plus peur, qu’ils ne veulent pas s’arrêter de jouer.

La meilleure façon de surmonter l’aversion pour la perte est de réinterpréter le risque de perte en diminuant la perception de cette perte et l’importance de l’enjeu. En agissant ainsi, la motivation sera présente et poussera l’individu à agir et se lancer.

Dans le domaine de l’entrepreneuriat, la réduction significative des biais de prédiction et de l’aversion à la perte se produit en se concentrant sur l’apprentissage, l’expérimentation et l’agilité. L’idée est de créer des preuves à partir du chemin qu’on a pris pour mesurer les faits et savoir si le concept est prometteur ou non.

 

Et vous, comment vivez-vous l’aversion pour la perte ?

 

 

Ecrit par Aurélia Soulier - Junior Associate © Cabinet Lieutenant Guillaume

Le 04/09/2018

A propos de Lieutenant Guillaume

Le cabinet Lieutenant Guillaume est spécialisé dans l\'aide aux starters, c\'est-à-dire aux créateurs d\'entreprise dont la société n\'est pas encore constituée. Passionné, nous nous efforçons de donner accès à des formations pointues aux jeunes entrepreneurs.

About LG