L’intelligence collective

05 Mar 2019 | Corporate & associe

Au cœur de notre monde hyperconnecté, dans lequel la communication interpersonnelle ainsi que le partage des compétences et des connaissances revêtent une dimension de plus en plus grande, les modèles de management ont dû considérablement évoluer. Le concept de travail collaboratif apparait alors comme une voie d’avenir pour une organisation du travail jusque-là très hiérarchique, centrée sur le management héroïque.

Afin que les entreprises réussissent à créer des avantages concurrentiels supérieurs, attirer les talents et réussir leur transition numérique, il leur faut valoriser l’intelligence collective et l’engagement des collaborateurs présents au sein de l’organisation.

 

1. Mettre à contribution le leadership de tous

 

Gary Hamel, reconnu par The Wall Street Journal comme un des principaux gourous dans le domaine du management, affirme que le leadership doit être distribué partout dans une organisation. C’est ce que l’on appelle le leadership partagé. Il est défini par l’Observatoire e-transformation et Intranet comme étant un « ensemble de méthodologies et outils issus des Technologies de l’Information et de la Communication qui permettent à des acteurs de réaliser une œuvre commune en partageant des idées, des informations et des résultats. »

Face à un défi collectif, les membres s’approprient les informations nécessaires, conçoivent ensemble leurs solutions, définissent conjointement leur but, prennent collectivement les décisions qui s’imposent et se considèrent mutuellement responsables des résultats et des efforts requis pour les atteindre tout en respectant leurs rôles respectifs.

Cette notion de collaboration se distingue de la coopération qui s’applique dans un contexte de répartition claire du travail entre plusieurs individus et de distinction des tâches accomplies.

L’enjeu est alors de permettre la construction collective d’une vision stimulante et partagée dans laquelle vont s’inscrire les projets individuels de chacun comme source d’énergie et d’orientation du collectif. Par leurs différentes interactions, les collaborateurs développeront un sentiment de confiance et d’efficacité collective qui favorisera l’interdépendance entre les membres, une influence mutuelle, du soutien et ainsi un gain en productivité.

 

2. Implantation du leadership partagé

 

Des entreprises ont déjà adopté le leadership partagé, chacune selon son contexte et ses besoins : soit dans un groupe restreint, soit dans un ensemble plus grand (exemple de GT Location, Leroy Merlin, Southwest Airlines…). Il peut être d’abord implanté au sein d’une équipe de direction avant d’être généralisé ailleurs ou émerger de quelques personnes qui décident de s’attaquer à une problématique commune.

Les dirigeants doivent alors préciser avec les collaborateurs le but commun du travail quotidien et le communiquer. En effet, les collaborateurs feront d’autant plus preuve de motivation et d’ingéniosité s’ils savent quels sont les objectifs sur le long terme de la société et voient leur propre contribution comme faisant partie d’un tout plus grand.

Deuxièmement, il revient aux dirigeants de créer un climat d’ouverture et de confiance dans lequel les collaborateurs peuvent apporter leurs idées de leur propre initiative. L’intelligence collective s’épanouit lorsque les dirigeants apprécient et encouragent la remise en question, les suggestions et la prise de risques mesurés.

Quant au groupe, il doit apprendre à discuter véritablement de la mission et du but commun ainsi qu’à faire franchement état des défis et des conflits. Les espaces de coworking et de comeeting sont alors un moyen, pour un certain nombre d’entreprises, de développer cette culture de la collaboration. En effet, selon Xavier Ginoux, fondateur et CEO de l’OpenMind Kfé, « la révolution en cours dans la tenue des réunions et formations apparait comme un premier signal positif ».  Il s’agit là d’un moyen d’humaniser les rapports entre l’entreprise et ses employés en donnant à chacun a la possibilité de s’exprimer. Toutes les possibilités d’intervention sur la ressource spatiale (mobilier, éclairage, tableaux interactifs, objets et matériaux) facilitent le passage des participants d’un statut passif à un rôle actif. Ils deviennent une réelle partie prenante dont les connaissances, idées et aspirations sont prises en compte.

La réunion se transforme en une réelle expérience qui allie quatre intelligences différentes :

  1. L’intelligence rationnelle
  2. L’intelligence émotionnelle
  3. L’intelligence sensorielle
  4. L’intelligence relationnelle

 

Si le travail collaboratif soutenu par la montée en puissance d’outils numériques apparait comme une encourageante avancée dans une réorientation structurelle, les comportements managériaux demeurent un réel frein à ce partage des connaissances et au respect de l’intelligence des collaborateurs. Une véritable remise en cause culturelle des mentalités sera alors essentielle pour parler de changement en profondeur des organisations.

 

 

Sources :

  1. EDITH Luc, « Le Leadership partagé, Du mythe des grands leaders à l’intelligence collective », Découvrir LEADERSHIP, volume 41, numéro 3, automne 2016
  2. DAYAN Philippe, « Travail collaboratif, Un partage des savoir-faire en entreprise », Stratégie 01/03/2019
  3. « Le leadership au service de l'intelligence collective », Liaisons sociales : Magazine, n° 175, octobre 2016, pp 64-65

 

 

Ecrit par Claire THOMAS - Junior Associate © Cabinet Lieutenant Guillaume

Le 05/03/2019

A propos de Lieutenant Guillaume

Le cabinet Lieutenant Guillaume est spécialisé dans l\'aide aux starters, c\'est-à-dire aux créateurs d\'entreprise dont la société n\'est pas encore constituée. Passionné, nous nous efforçons de donner accès à des formations pointues aux jeunes entrepreneurs.

About LG