Les cycles économiques

18 Sep 2018 | Corporate & associe

                                                                                                                 

 

Le paysage économique mondial est rythmé par des cycles, traditionnellement composés de 4 phases : l’expansion, la récession, la dépression et la reprise.

 

Les différentes phases d’un cycle

Lors de la phase d’expansion, l’économie prospère. La demande ainsi que la production augmentent, le taux de chômage est faible, et le PIB est en croissance. Lorsque la phase d’expansion atteint son paroxysme, il s’ensuit une période dite de récession, lors de laquelle la croissance diminue et l’économie connaît un ralentissement. Arrive ensuite la crise économique, qui marque une rupture dans le cycle économique : le nombre d’emplois diminue, les entreprises produisent moins et la consommation baisse. Commence alors la phase de dépression. Elle est marquée par la fermeture d’un grand nombre de PME et PMI, l’augmentation du taux de chômage et un PIB négatif. L’Etat intervient régulièrement lors de cette phase pour relancer l’économie. La dernière phase est celle de la reprise : les mesures prises pour relancer l’économie ont fonctionné, et l’économie connaît une nouvelle phase de croissance.

Le cycle prend fin avec une nouvelle phase d’expansion, qui fait suite à la reprise.

 

Les différents types de cycles

Ils ont été catégorisés et nommés d’après les économistes qui les ont étudiés.

Les cycles courts de Juglar : Ils durent en moyenne entre 6 et 10 ans et sont de cause conjoncturelle, c’est-à-dire qu’ils résultent des comportements des différents acteurs de l’économie à l’époque où ils ont lieu.

Les cycles longs de Kondratiev : Schumpeter introduit dans les travaux de Kondratiev la notion de « destruction créatrice ». D’après lui, ces cycles correspondent à l’apparition d’une innovation majeure dans le paysage économique. Celle-ci va remplacer progressivement les technologies déjà existantes, et donc participer à la faillite d’un grand nombre d’entreprises.

 La machine à vapeur, à l’origine des révolutions industrielles, et la révolution informatique en sont des exemples.

Les cycles Kitchin : D’une durée d’environ 40 mois, ils correspondent à l’anticipation d’une reprise de l’activité de la part des entreprises, qui augmentent leur production afin d’avoir un plus grand stock de produits finis.

 

Certains secteurs sont également soumis à des cycles saisonniers. Les zones touristiques et bord de mer ou en montagne sont fortement impactés par ces variations saisonnières.

 

Les différentes causes

La cyclicité de l’économie est provoquée par différents types de causes. Les causes exogènes, qui sont indépendantes de l’économie dans laquelle nous nous trouvons. Parmi elles, on compte les décisions politiques, les catastrophes naturelles, ou alors l’état des économies partenaires. Par exemple, la crise de 2008 qui a débuté aux USA, et qui s’est propagée partout dans le monde.

Lorsque la cyclicité est provoquée par des éléments purement économiques, telles que la fluctuation des taux d’intérêts ou l’apparition d’une innovation technologique, on parle de cause endogène.

 

 

Ecrit par Alexander Peccoux - Junior Associate © Cabinet Lieutenant Guillaume

Le 18/09/2018

 

A propos de Lieutenant Guillaume

Le cabinet Lieutenant Guillaume est spécialisé dans l\'aide aux starters, c\'est-à-dire aux créateurs d\'entreprise dont la société n\'est pas encore constituée. Passionné, nous nous efforçons de donner accès à des formations pointues aux jeunes entrepreneurs.

About LG