Structure du capital & modes de financement

18 Jun 2018 | Corporate & associe

 

 

 

 

 

Il existe de nombreuses formes de financement. Votre choix doit être cohérent et correspondre au stade de développement de l’entreprise, la nature de l’activité, la récurrence ou non de votre exploitation, etc.

Le financement peut être

 

Le financement par endettement

Le financement par fonds propres

 

Loin d’être en concurrence, ces deux modes de financement sont complémentaires et répondent à des objectifs et des choix de développement différents. Passage en revue des spécificités de chacun.

 

L’endettement et l’effet de levier

 

Vous devez appréhender l’endettement comme une ressource et cette ressource a un emploi au sein de votre entreprise.  Le jeu est que l’emploi bénéficie du meilleur "return" (effet de levier).

 

Une entreprise peut s’endetter de plusieurs manières :

-en empruntant auprès d’une banque, d’une collectivité locale ou par l’émission d’obligations sur le marché financier si l’entreprise est cotée,

-en contractant des dettes court terme d’exploitation (auprès de ses fournisseurs) ou hors exploitation (cotisations sociales, impôt, etc.).

 

Autrement dit, vous pourriez créer une entreprise sans fond si vos fournisseurs vous suivent en vous accordant des facilités de paiement étendues.

 

Dans tous les cas, banques ou fournisseurs, le remboursement se fait à échéance fixée et est accompagné d’intérêts.

 

On distingue les dettes court terme des dettes moyens et long terme. Les premières servent à financer le cycle opérationnel, alors que les secondes financent le cycle d’investissement.

 

Quand une entreprise identifie des opportunités, telles que l’entrée sur un nouveau marché ou le lancement d’un produit, elle peut se servir de la dette pour financer son développement. Si cet investissement est plus rentable que le coût de l’emprunt contracté, alors ce dernier aura permis d’augmenter les revenus d’exploitation, et, par conséquent, le rendement des capitaux propres. Ce multiplicateur de profit, ou de perte si le rendement est inférieur, est appelé effet de levier.

 

L’endettement est bénéfique pour une entreprise s’il est maîtrisé. Attention, un taux d’endettement trop élevé représente un danger car il augmente les risques d’insolvabilité.

 

Financement via fonds propres Vs endettement

 

 

Vous devez imaginer un porte-monnaie que vous donnez à votre enfant.  Votre enfant, c’est l’entreprise.  A son Xème anniversaire, vous mettez de l’argent dans son porte-monnaie. 

Il s’agit de ses fonds propres. 

Ensuite, votre enfant pourra augmenter la taille de son porte-monnaie (son passif) par divers mécanismes tels que

  1. Un autre adulte lui dégage des fonds sous certaines conditions de propriété – Rentre au Capital
  2. L’activité de votre enfant génère un bénéfice – Bénéfice d’exploitation lequel « est reporté ».
  3. Votre enfant contracte un crédit sur 5 ans – Endettement bancaire long terme
  4. Votre enfant a de très bon délais de paiement – Délai Fournisseurs Longs, dettes commerciales

Revenons au point 1, le Financement via fonds propres. C’est un mode de financement lors duquel un investisseur entre au capital de votre société, et en devient donc propriétaire d’une partie.

Le financement par fonds propres est préféré à l’endettement pour les entreprises en phase de création.

Lorsque les banques étudient un projet d’investissement, elles cherchent à savoir si ce projet sera capable de dégager assez de revenus afin de permettre au bénéficiaire du prêt de rembourser ses dettes. Pour ce faire, elles se basent sur les revenus passés. Or, une entreprise en phase de création n’a jamais dégagé de revenus auparavant. Les banques ne peuvent donc pas étudier ce projet selon leurs propres critères.

Par ailleurs, une start-up a peu de chances de recourir à l’endettement à cause de sa nature liée à l’innovation. En effet, avant de financer un projet, les banques souhaitent avoir la garantie que leur financement sera remboursé malgré un échec éventuel de ce dernier. Les banques demandent par conséquent des garanties sur les actifs de l’entreprise : immeubles, machines, parc automobile, etc. C’est-à-dire que si le projet échoue, les banques peuvent revendre ces actifs afin de se rembourser. Or, une start-up innovante va générer des actifs spécifiques, sur un marché généralement nouveau. Ce caractère spécifique des actifs les rendrait difficiles à revendre en cas de liquidation, ce qui participe à décourager les banques.

Enfin, en se financement via capitaux propres, une start-up préserve sa capacité d’endettement, ce qui lui offrira la possibilité de contracter un prêt lors d’une phase de développement ultérieure.

Une start-up se tournera donc plutôt vers des financements par fonds propres, tels que ceux apportés par les Business Angels (a), les sociétés de capital investissement (b), les fonds participatifs/crowdfunding (c) ou les marchés financiers (d).  

 

1-Les Business Angels

 

Les « anges des affaires », en français, sont généralement des anciens entrepreneurs désirant investir une partie de leur fortune personnelle dans des entreprises soigneusement choisies, ayant un fort potentiel de croissance. Leur but est de revendre leur participation quelques années (3 à 5) plus tard afin de dégager un bénéfice important. Pour ce faire, ils vont participer activement au développement de l’activité en prenant soin d’apporter leur expérience et leur réseau au dirigeant. 

 

 2-Les sociétés de capital-investissement

 

Ce sont des sociétés qui investissent des fonds confiés par des entités telles que des assurances ou des fonds de pension. Ces sociétés interviennent en prenant une participation dans des entreprises non cotées en bourse. Elles investissent généralement des montant plus élevés que ceux consentis par les Business Angels et interviennent plus tard, parfois consécutivement, dans le développement de l’entreprise.

Leur objectif est identique à celui des Business Angels : faire un bénéfice lors de la revente de leur participation.

 

3-Le crowdfunding

 

Le crowdfunding (ou « financement participatif » en français) est un mode de financement lors duquel un nombre généralement élevé de personnes investissent un montant relativement faible dans un projet ou une entreprise. Le projet est exposé aux investisseurs potentiels, dits la « foule », par l’intermédiaire d’une plateforme. Le projet est mis en valeur grâce à une vidéo promotionnelle, un texte explicatif inspirant, et un business model cohérent.

 Il se compose des 4 catégories suivantes :

-Le crowdfunding en don, ou crowdgiving : c’est le don d’une somme d’argent sans contrepartie.

-Le crowdfunding avec récompense, ou reward based crowdfunding : c’est le don d’une somme en échange d’une contrepartie autre que de l’argent, comme par exemple un goodies, ou le test du produit ou service inhérent au projet.

-L’investissement participatif, ou equity crowdfunding : c’est l’investissement d’une somme en échange de l’entré au capital de l’entreprise. Autrement dit, c’est le fait de devenir propriétaire de l’entreprise.

-Le crowdfunding en prêt, ou crowdlending : c’est le fait de prêter une somme, qui sera remboursée avec ou sans intérêts, dans un délai prédéfini.

 

4-Les marchés financiers

 

Le financement via les marchés financiers est réservé aux entreprises cotées en bourse. Celles-ci divisent le capital de leur société en un nombre de parts défini, les actions, avant de les mettre en vente sur les marchés financiers. L’entreprise devient la propriété d’un nombre élevé d’actionnaires qui peuvent se rémunérer soit grâce à des dividendes, soit grâce à une plus-value réalisée lors de la vente de leurs actions. 

Pour soulever des fonds supplémentaires, l’entreprise cotée en bourse peut décider d’émettre des nouvelles parts. Cette action ne doit cependant pas être réalisée à la légère car à moins que ce ne soit les actionnaires actuels qui rachètent ces parts, cela peut diluer la structure de propriété et mécontenter ces derniers qui verraient leur influence dans l’entreprise diminuer.

 

 

Ecrit par Alexander Peccoux - Junior Associate © Cabinet Lieutenant Guillaume

Le 18/06/2018

 

 

 

A propos de Lieutenant Guillaume

Le cabinet Lieutenant Guillaume est spécialisé dans l\'aide aux starters, c\'est-à-dire aux créateurs d\'entreprise dont la société n\'est pas encore constituée. Passionné, nous nous efforçons de donner accès à des formations pointues aux jeunes entrepreneurs.

About LG